Wednesday, October 5, 2022
Accueil PolitiqueAfrique Cameroun > Scandale de Glencore: L’ancien président de Transparency international fustige les mécanismes de lutte contre la corruption par le regime Biya

Cameroun > Scandale de Glencore: L’ancien président de Transparency international fustige les mécanismes de lutte contre la corruption par le regime Biya

Par panorama
0 commentaire

Dans un entretien qu’il a accordé, jeudi, 31 mai 2022, au quotidien “Mutations”, Me Charles Nguini révèle les dysfonctionnements et défailla (des dispositifs anti-corruption au Cameroun.

Par Serge Aimé Bikoi

L’avocat au barreau du Cameroun constate, de prime abord, que les pots-de-vin versés à la Société nationale des hydrocarbures (Snh) et à la Société nationale de raffinage (Sonara) par la multinationale Glencore ont échappé à la justice et à tous les autres organismes de lutte contre la corruption, tels que la Conac (Commission nationale anti-corruption), de l’Anif (Agence nationale d’investigation financière), la chambre des comptes. Pour Me Charles Nguini, “l’affaire Glencore révèle les défaillances des dispositifs anti-corruption et anti-blanchiment au Cameroun”. L’homme en robe noire remarque que en dépit de la prolifération des structures de lutte contre ce fléau et en dépit de l’existence des mécanismes juridiques y afférents, “le Cameroun reste et demeure un pays où la corruption prospère allègrement au point où un célèbre universitaire français a pu dire que: “le Cameroun a corrompu la corruption”.

Selon le président de Transparency international-Cameroon, il est urgent “d’accélérer le temps judiciaire en dotant la police et la justice de moyens suffisants pour enquêter et instruire ces dossiers”. L’avocat au barreau du Cameroun propose, par exemple, qu’avec la mise en œuvre de l’article 66 de la Constitution de la république du Cameroun, il sera possible de prendre des mesures adéquates susceptibles de permettre aux responsables de rendre les comptes à défaut de rendre gorge. Me C. Nguini ajoute : les suites judiciaires devraient consister en la saisine des autorités judiciaires camerounaises. Question d’engager des poursuites et de faire condamner Glencore pour l’important préjudice subi par le Cameroun. Ces poursuites peuvent même être engagées par les autorités judiciaires et par des organisations de la société civile luttant contre la corruption”.

Ces actions n’excluent pas, en réalité, toute initiative dirigée vers la Conac(Commission nationale anti-corruption) telle que celle que Me Akere Tabeng Muna, avocat au barreau du Cameroun, ancien coordonnateur du mouvement “Now”, a diligenté le 27 mai 2022. Tout comme cette action n’exclue pas la demande d’une enquête parlementaire comme l’a faite Joshua Osih, premier vice-président national du Social démocratic front (Sdf) et, par ailleurs député Sdf du Wouri-Centre.

Il est donc impératif, indique Me C. Nguini, “de se constituer partie civile hors de nos frontières. Cela n’est, certes, pas ma préférence, car les juridictions sont, parfaitement, compétentes pour connaître de cette affaire”. “Pour des affaires presque similaires, illustre-t-il, la Bnp Paribas et Mtn ont, récemment, été condamnés à payer des amendes records aux États-Unis d’Amérique et au Nigeria grâce à des poursuites engagées devant les juridictions de ces pays”.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous disposons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

 

 

  

NOUS CONTACTER

revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie