Thursday, October 6, 2022
Accueil OpinionEconomie Cameroun > «Glencoregate»: Les coupables introuvables ?

Cameroun > «Glencoregate»: Les coupables introuvables ?

Le 24 mai 2022, l’entreprise anglo-suisse Glencore, après plusieurs années de procédures devant la justice américaine et britannique, a annoncé avoir plaidé coupable et accepté de payer de fortes sommes d’amendes aux Etats-Unis et au Royaume –Uni.

Par panorama
0 commentaire

Par Éric Boniface Tchouakeu

Le géant des mines et du négoce des matières premières, a précisément avoué être coupable des faits de corruption et de manipulation de marchés en Afrique et en Amérique latine. Glencore agissait ainsi pour obtenir, garder des contrats ou éviter des audits gouvernementaux en versant des pots de vin à des agents publics des pays comme la Rdc, la Côte d’Ivoire, le Nigéria, mais aussi le Cameroun, en ce qui concerne le continent africain.

S’agissant du Cameroun, ce sont environ sept (07) milliards de Fcfa que Glencore déclare avoir versé aux agents de l’Etat pour obtenir des faveurs et autres passe-droits .Cet aveu éclabousse la Société Nationale des Hydrocarbures (Snh) et la Société Nationale de Raffinage (Sonara).
Dans un communiqué signé le 30 mai 2022 par son Directeur Général depuis 1993, Adophe Moudiki, la Snh qui affirme avoir été informée par voie de presse des aveux de son partenaire Glencore, déclare n’être « ni de loin », « ni de près» associée à de telles pratiques strictement interdites dans son règlement intérieur.
La Snh chargée de négocier les contrats pétroliers et gaziers du Cameroun, déclare encore avoir saisi les autorités américaines et anglaises pour obtenir les éléments qui permettraient d’établir la véracité des allégations de Glencore.

La Sonara quant-à elle n’a pas encore officiellement réagi jusqu’à ce jour. Mais Charles Metouck qui a dirigé la structure pendant une dizaine d’années jusqu’en février 2013, et qui est depuis lors incarcéré après deux condamnations par la justice pour des faits notamment de détournement de deniers publics, vient de s’exprimer à travers une mise au point écrite.
Il affirme dans sa déclaration n’avoir jamais signé un quelconque contrat avec la société Glencore du temps de son passage à la tête de la Direction Générale de la Sonara, contrairement à ce qui est véhiculé par certains médias et même sur les réseaux sociaux l’impliquant dans le « Glencoregate.» Charles Metouck dénonce au passage une « nouvelle cabale » contre sa personne.

Il convient de relever qu’au sein de l’opinion, des voix s’élèvent pour réclamer des comptes et des têtes. Il en est par exemple du célèbre avocat Akeré Muna, ancien Président de la branche camerounaise de l’Ong Transparency International, de Maurice Kamto, principal opposant du Président Paul Biya, ou encore du député de l’opposition, Joshua Osih par ailleurs Premier Vice-Président du Social Democratic Front, qui réclame la mise sur pied d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur cette affaire qui aurait fait perdre beaucoup d’argent à l’Etat du Cameroun.

Cette demande n’a toutefois quasiment aucune chance d’aboutir au regard des rapports de force à l’Assemblée Nationale, chambre basse du Parlement, et même de la réalité du fonctionnement habituel du Parlement camerounais.

L’Etat camerounais perdra davantage d’argent si ses agents corrompus par Glencore ne sont pas démasqués, afin de lui permettre ensuite de réclamer le paiement des amendes ou des dommages et intérêts à l’entreprise anglo-suisse qui a déjà avoué sa faute.
Pour l’heure, la justice camerounaise ne semble pas encore s’intéresser à ce sandale. Il y a fort à craindre qu’elle ne le fasse jamais, du moins dans l’immédiat.
Le secteur des matières premières et particulièrement celui des hydrocarbures est le moins accessible aux citoyens ordinaires au Cameroun.

En plus, un an après l’éclatement du sandale du « Covidgate » où la chambre des comptes de la Cour Suprême , a mis en exergue dans un rapport , des faits de détournements massifs des fonds publics destinés à la lutte contre la pandémie du Covid 19 et ses répercussions économiques et sociales au Cameroun, il n’ y a jusqu’à ce jour aucune véritable suite judiciaire,

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste. Conseiller éditorial et Fouding father Panorama papers. Chef de Chaîne Radio Siantou.

ni même disciplinaire sur le plan administratif concernant les mis en cause.
Dans le cas du « Covidgate » tout comme dans celui du « Glencoregate », ce sont des personnalités de premier plan et ,ou leurs protégés qui sont particulièrement indexés ; d’où peut-être et malheureusement l’impuissance de la justice.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous disposons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

 

 

  

NOUS CONTACTER

revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie