Thursday, September 29, 2022
Accueil SociétéAfrique Cameroun > Dérive autoritaire: Le sous-préfet de Garoua 1er dans le flagrant délit au quartier Mehiri

Cameroun > Dérive autoritaire: Le sous-préfet de Garoua 1er dans le flagrant délit au quartier Mehiri

Contre la volonté des populations qui crient au scandale et soupçonnent une forte odeur de corruption dans le processus de désignation, et au mépris de la Loi, Ismailou Adama a réussi à imposer un nouveau chef à cette localité située dans l'arrondissement de Garoua 1er. Une situation qui laisse planer des menaces de troubles à l’ordre public.

Par panorama
0 commentaire

Avec LeMessager

Ce n’est pas la paix et la quiétude au quartier Mehri dans le département de la Benoué. Ce serait un doux euphémisme de dire que les populations de ce village de l’arrondissement de Garoua 1er sont sur le pied de guerre. Non content de tout l’embrouillamini qui a prévalu dans le processus de désignation du nouveau chef, ces hommes et femmes décrient avec la dernière énergie, l’attitude de Ismailou Adama, le Sous-préfet qui, en lieu et place de se plier au choix du peuple porté par les les notables désignés pour les besoins de la cause, a plutôt choisi de leur imposer un chef impopulaire et non résident.  De quoi provoquer le courroux de ces derniers qui jurent d’user de tous les moyens pour faire respecter son choix. 

Vomi, conspué et honni, le nouveau guide du quartier Mehri n’est plus désormais qu’au bord d’une éventuelle déchéance. Lui qu’on présente comme un suppôt du Sous- Préfet de qui on attendait un minimum de transparence et de respect dans ce processus aujourd’hui querellé. Nommé pour garantir le maintien de l’ordre et la cohésion sociale tout en recherchant avec ses partenaires locaux le consensus adapté à chaque situation, le sieur Ismailou Adama a visiblement d’autres prérogatives qui vont à contrecourant de l’orthodoxie. 

Chef impopulaire et illégitime 

« Il est non seulement impopulaire, inconnu illégitime et illégal aux yeux de ceux dont il aura la charge d’administrer. Cela présage des vives tensions dans la cohabitation entre lui et les populations que nous sommes », s’indigne Mohammed T, un digne fils de la Benoué. Idem pour beaucoup d’habitants qui voient en ce passage en force du Chef-terre, des arrière-goûts de corruption et de manipulation. C’est face à ce scandale qui fait des gorges chaudes  dans  la ville de Garoua, que les populations entendent à travers une pétition et des manifestations annoncées, monter au créneau pour porter la voix devant qui de droit. De quoi craindre un soulèvement dans cette localité pourtant réputée calme, sérieuse et travailleuse. Pourtant, rien  ne laissait  présager ce plan machiavélique conçu et réalisé par le sous-préfet de Garoua 1er de surcroit à l’occasion de la désignation du chef du quartier Mehiri, orphelin de son chef décédé il y’a deux ans. 

Alors que les populations s’étaient massées pour vivre par le choix démocratique et la désignation du chef par voie électorale, le patron du commandement qui n’a pas pris la peine de recueillir les avis avant de trancher, va décider de faire prévaloir la dictature au détriment du véritable collège électoral formé régulièrement  et comme le veut les textes, de 5 notables dont Korom Ali Kriso , Bakary Justin (décédé donc il reste 5 Ndlr), Lady Ouaka ,  Tourou Jean Claude , Ndjidda Tamaka,   Arouna Oumarou. Que ne va pas être leur  surprise ? 

Choix unilatéral

Pour comprendre cette affaire digne des films Hollywoodien, il faut remonter en 2021, date de la publication d’un communiqué relatif à l’élection d’un nouveau Djaouro (chef). Un communiqué à la suite duquel six candidatures sont dument retenues comme l’exige la réglémentation. La chefferie comptant elle aussi  6 notables à même d’élire le nouvel homme fort, gardien des traditions. Le hic c’est qu’à moins 24 heures du scrutin, le sous-préfet va choisir unilatéralement d’ajouter 13 autres personnes dans le collège électoral. Sacrilège ! Au moment de passer au vote, Ismaila Adama choisit de se concerter avec les membres désignés par lui plutôt qu’aux cinq autres, bien installés dans une salle attenante. 

Une fois dans la salle de vote avec les membres du collège électoral et les autres candidats. Poursuivant sa roublardise, le sous-préfet va curieusement présenter au public, l’un de ses hommes subtilement choisi par ses soins, comme étant le nouveau chef « Djaouro » du quartier Mehiri. L’homme ayant pris sur lui,  d’éliminer les  4  autres candidats sans motif. Un choix vertement contesté parce qu’impensable pour les populations, surprises qu’au 21e siècle, on soit encore à imposer un chef à ses hommes. Lorsque nous mettions sous presse, la pétition était en train d’être signée par les  populations  de Mehiri qui entendent la transmettre à des instances compétentes. Ici, on crie à la mascarade sous fond d’intimidation et de manipulation à laquelle le peuple entend s’opposer par tous les moyens légaux nécessaires et même obscures.  

Comme si la coupe n’était pas suffisamment pleine, le  Sous-préfet ne va pas s’arrêter là. Allant même jusqu’à vouloir imposer un autre de ses protégés à la tête de la chefferie du quartier Ouro- hourso le même jour. Mal lui en prendra puisque les populations vont s’interposer avec véhémence et  les opérations stoppées net ! L’arbitrage des autorités compétentes est vivement attendu.

Tu pourrais aussi aimer

Laisser un Commentaire

About Us

Comme son nom l’indique, Panorama papers est un site d’information générale qui traite l’essentiel de l’actualité mondiale dans ses grandes lignes et de façon globale. Nous disposons également d’une chaîne Youtube où vous retrouverez de grandes interviews et autres vidéos d’actualité. Panorama papers est un produit PANORAMA GROUP LLC

 

 

  

NOUS CONTACTER

revue de presses

© Copyright 2022 – PANORAMA GROUP LLC  All rights reserved. Deasigned by jetechnologie